Le changement climatique mène les producteurs de café à déforester , émigrer, voire au narcotrafic.

tanguiss

Près de Chichapa, dans l’Etat de Veracruz, au Mexique, le 8 janvier. Une maladie nommée «la rouille du caféier» a décimé 80% des plants des petits producteurs au Mexique depuis l’an dernier.
Photo David Alire Garcia. Reuters
COP21

Par Coralie Schaub
8 décembre 2015

Au Mexique, les petits exploitants ont perdu 80% de leur production depuis l’an dernier. Ils tentent de trouver des solutions. Entretien avec Luiz Martinez Villanueva, un de leurs représentants.

A 41 ans, Luiz Martinez Villanueva coordonne le réseau mexicain des petits producteurs de commerce équitable. Présent à Paris à l’occasion de la COP21, il raconte à Libération comment le changement climatique bouleverse la production de café, donc toute la vie locale, dans sa région de Oaxaca, au sud du Mexique. Jusqu’à alimenter le narcotrafic. Et comment les producteurs tentent de s’adapter.

Qu’est-ce qu’un petit producteur ?
Très bonne question ! Nous considérons que c’est celui qui…

Voir l’article original 1 163 mots de plus

Publicités
Cet article a été publié dans Agriculture, Biodiversité, Développement soutenable, Economie soutenable, emploi, Gestion du territoire, immigration, Réchauffement climatique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s