Dans l’intérêt de l’Afrique, mieux vaut prévenir que guérir….

tanguiss

Publié le 05 janvier 2016
Alexandre Marc

Spécialiste Fragilités, Conflits et Violence à la Banque mondiale et co-auteur de « Relever les défis de la stabilité et de la sécurité en Afrique de l’Ouest », AFD-Banque mondiale, 201

Une tribune cosignée par Alexandre Marc et Olivier Ray

Les prévisions optimistes de croissance africaine sont-elles en passe d’être démenties ? Pas tout à fait : le regain de violence durant les cinq dernières années a eu lieu à un moment où le continent connaissait une croissance record. Les villes se transforment ; une classe moyenne émerge ; les Africains se connectent aux réseaux de la mondialisation. Ces mutations ont de fortes chances de se poursuivre malgré la recrudescence des conflits. Le coût humain de ces transformations, en revanche, pourrait être considérablement alourdi par les violences.

Le rapport « Relever les défis de la stabilité et de la sécurité en Afrique de…

Voir l’article original 480 mots de plus

Publicités
Cet article a été publié dans Développement soutenable, Economie soutenable, Géopolitique, immigration. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s